vlan.org

Webzine des anciens étudiants de l’IUT Serecom St-Raphaël

Accueil > Actu > Windows Media, iTunes : nulle protection est inviolable

Windows Media, iTunes : nulle protection est inviolable

jeudi 31 août 2006

Les protections DRM des formats multimédia de Microsoft et d’Apple sont chahutées. Deux logiciels librement disponibles sur Internet permettent désormais de s’affranchir des limitations imposées aux contenus musicaux et vidéo achetés sur Internet. Une aubaine pour les internautes, et un nouveau camouflet pour les éditeurs.

Ils s’appellent FairUse4WM et QTFairUse6 et on ne parle plus que d’eux dans les forums spécialisés. Ces deux outils gratuits sont destinés à contourner les protections mises en oeuvre sur les contenus multimédia vendus sur Internet, respectivement pour les formats Windows Media (WMA) et propriétaires Apple.

Ils sont la dernière manoeuvre en date dans la bataille que se livrent l’industrie des loisirs et les internautes.

Les deux programmes permettent de retirer les limitations imposées aux contenus numériques vendus à ces formats, telles que l’impossibilité d’écouter un morceau de musique sur plusieurs lecteurs MP3, le nombre maximal de lectures autorisées ou l’obligation de regarder un film dans les 24h de son achat.
Attention cependant : l’un comme l’autre exigent que le fichier initial ait tout de même été acheté légalement afin de fonctionner. Ce n’est pas tant là un geste amical des pirates en direction des industriels qu’une nécessité technique : FairUse4WM fonctionne en allant rechercher les clés de déchiffrement sur le disque dur (il faut donc qu’elles soient acquises en premier lieu !) et QTFairUse6 en interceptant le flux musical déchiffré au moment de sa lecture (il faut donc être autorisé à le lire une fois au moins).

Une fois débarrassés de leur coquille de protection numérique, les contenus pourront alors être utilisés sur n’importe quel lecteur et joués autant de fois que voulu.

Attention cependant : ce faisant, l’utilisateur rompt non seulement le contrat de licence passé avec l’éditeur, mais il se place également, en France, dans l’illégalité puisque l’utilisation de tels logiciels est désormais interdite et passible d’une amende de 3750 euros, quelle que soit l’utilisation faite du contenu déprotégé par la suite. De même, la mise à disposition de ces logiciels, sur un site web par exemple, est passible d’une peine de six mois de prison et de 30.000 euros d’amende (et il n’est pas même certain que nous ayons le droit de citer leur nom ici...)

En clair, pour les internautes français, le seul intérêt de ces outils est de ramener sur le devant de la scène le débat autour des mesures de protection. Ces dernières, considérées par les internautes comme trop restrictives, et par les éditeurs comme sources de problèmes techniques récurrents, ne satisfont finalement pas grand monde. Il y a fort à parier qu’elles laisseront à terme la place à des approches forfaitaires qui restent à inventer. Mais pour l’instant, internautes français, laissez ces outils sur les serveurs étrangers où ils sont !

par Jerome Saiz, le 31/8/2006 à 11:11


Voir en ligne : Article de LesNouvelles.net - 31/08/2006

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.