vlan.org

Webzine des anciens étudiants de l’IUT Serecom St-Raphaël

Accueil > Actu > Wanadoo stoppe l’expérimentation de Peer Cache aux Pays-Bas

Wanadoo stoppe l’expérimentation de Peer Cache aux Pays-Bas

mardi 12 août 2003

Cette technologie est censée permettre aux FAI de mieux gérer les coûts de bande passante, liés aux téléchargements de leurs abonnés sur des logiciels "peer-to-peer". Wanadoo n’envisage pas actuellement de reprendre ses tests aux Pays-Bas ou ailleurs.

L’expérimentation du système Peer Cache par Wanadoo Pays-Bas s’est terminée à la fin du mois de juillet. De façon soudaine, selon le quotidien britannique The Register. Tout à fait normalement, selon une porte-parole au siège de Wanadoo à Paris.

Peer Cache est un système de mémoire cache développée par l’un des créateurs de Kazaa, Niklas Zenström, pour faciliter les téléchargements des abonnés à l’internet haut débit, adeptes des systèmes d’échange de fichiers. Grâce à lui, un fournisseur d’accès internet (FAI) peut stocker jusqu’à 800 gigaoctet (Go) de fichiers, parmi les plus fréquemment téléchargés.

Pas d’explication du fournisseur d’accès

Ce système a retenu l’attention de certains prestataires de services européens, car il permet de réduire leur volume de trafic international, de l’ordre de 25% dans le cas de Wanadoo Netherlands, expliquait début juillet Lammert Van Raan, son directeur du développement. Une reconduction ou un élargissement de cette expérimentation à d’autres pays n’est « pas d’actualité », explique-t-on chez Wanadoo, qui se refuse à tout autre explication.

Une telle technologie pourrait constituer une source de nouvelles querelles entre les FAI et l’industrie musicale, qui cherche par tous les moyens à empêcher les téléchargements sauvages des morceaux. En France, certains représentants des ayants droit se plaignent déjà depuis de nombreux mois du manque de coopération des intermédiaires techniques, dans la lutte contre le piratage de fichiers protégés par le droit d’auteur.

Pourtant, début juillet, Wanadoo avait pris le soin de souligner qu’une telle expérimentation ne devait pas être considérée comme « un partenariat avec Kazaa ou une quelconque caution des pratiques des internautes pirates ». Selon Zenström, interrogé par The Register, permettre aux FAI de mettre en cache une partie du trafic internet n’a rien à voir « avec un encouragement de l’utilisation des logiciels "peer-to-peer" à des fins illégales ».

Sa société Joltid, distributrice de la technologie Peer Cache, aurait signé des contrats avec trois des principaux fournisseurs européeens. Mais ces derniers n’ont pas encore voulu rendre cette association publique. Une vingtaine d’autres FAI testeraient actuellement le système, affirme Niklas Zenström.

Estelle Dumout


Voir en ligne : Article de ZDNet - 11/08/2003

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.