vlan.org

Webzine des anciens étudiants de l’IUT Serecom St-Raphaël

Accueil > Actu > Moteurs d’interactivité et disques durs

Moteurs d’interactivité et disques durs

lundi 3 mars 2003

Avec des moteurs d’interactivité interopérables, grâce au DVB-MHP [1] et à l’intégration d’un disque dur dans les décodeurs, notamment proposés par TPS et bientôt par CanalSatellite, la convergence continue d’avancer.

La télévision interactive est le fruit de la convergence numérique entre télévision, informatique et télécommunications. Elle offre de multiples services tels que consultation d’un guide électronique de programmes (EPG), abonnement à des services de Pay Per View (PPV) ou de Video On Demand (VOD), connexion à un service de télévision interactive (Tvi) spécifique, accès à internet, participation à une émission de télévision enrichie ou interactive, votes, jeux. Ces dernières années, les « quizz » ou la possibilité de voter en direct grâce à une télécommande, mais aussi les jeux et les services de prises de paris se sont multipliés.

Les services de messagerie, d’envoi de SMS, de chat ou de courrier électronique, l’accès à internet à partir d’un poste de télévision sont désormais accessibles sur la plupart des plateformes de télévision numérique interactives. Enfin, des services interactifs de commerce et de publicité ont commencé à se multiplier. Il est à noter, par ailleurs, que les évolutions actuelles font pressentir un développement des services de VOD.

Interopérabilité

Parmi les moteurs d’interactivité présents sur le marché, on compte principalement Canal + Technologies, Open TV, Liberate TV et Microsoft (avec une suite de produits baptisée Microsoft TV). L’ensemble de ces moteurs a recours à un système de diffusion de données unique s’appuyant sur le
DSM-CC Object Carousel, qui fonctionne sur tous les réseaux de diffusion et sous IP (Internet Protocol) pour voie de retour. Pour autant, les industriels qui les fabriquent et les commercialisent sont loin d’avoir adopté un langage applicatif commun et se livrent à une compétition très vive, ceci même si tout le monde reconnaît la nécessité impérative d’une interopérabilité des systèmes existants. Ce besoin est exprimé, en particulier, par les producteurs et les développeurs éditeurs de services qui proposent plusieurs versions de leurs produits, compatibles avec les technologies choisies par leurs clients, les opérateurs. En Europe, la version 1.0 du DVB-MHP (Multimedia Home Platform), adoptée par l’European Telecommunications Standards Institute (Etsi) comme spécification technique interopérable, a été un événement majeur pour la télévision interactive.

Aujourd’hui, les recommandations du DVB sont suivies en Europe et en Asie et commencent à l’être en Amérique du Nord. Ainsi, un certain nombre d’éditeurs de plateformes ont commencé à rendre compatibles leurs moteurs avec le DVB-MHP (Canal + Technologies, Open TV, etc.), afin de ne pas freiner l’évolution économique de la télévision interactive. De son côté, Microsoft a montré son intérêt pour ce standard européen.

Disques durs

Décodeur numérique Sagem pvr5110Dans un premier temps, destinés au marché américain, sous les marques Tivo et ReplayTV, les premiers décodeurs/
magnétoscopes numériques à disque dur ont fait leur apparition en Europe à l’automne 2002. Ces set top boxes disposent d’un potentiel proche de la plupart des ordinateurs de début de gamme et apportent aux services interactifs un potentiel logiciel inégalé à ce jour. Leur capacité d’enregistrement et de stockage de programmes est telle qu’elle a déclenché une polémique, tant sur le risque de piratage que sur le problème de la copie privée. Si tout le monde est d’accord pour protéger les droits des auteurs, rien n’est réglé sur ce point et les discussions entre éditeurs, producteurs, associations de consommateurs et industriels sont vives quant aux solutions à apporter. Antennes reviendra dans son prochain numéro, sur ce problème.

Le premier décodeur à disque dur, commercialisé en Europe, est le MediaMaster 9902 S de Nokia. Il s’agit d’un démodulateur/décodeur satellite associé à un disque dur intégré de 40 Go et doté d’une capacité d’enregistrement de vingt heures de vidéo. Fonctionnant au standard DVB, il assure une compression des données numériques à la norme MPEG 2. Son tuner a une capacité de mémoire étendue à 2 000 canaux. Il permet de recevoir les télévisions et les radios gratuites et propose aussi des accès vers les bouquets satellites payants. Evolutif, il permet des mises à jour régulières, gratuites, s’effectuant par téléchargement. Pour sa part, Sagem a lancé l’IRD 5000P@ qui intègre un disque dur offrant une interactivité inégalée. Sa fonction Time Shifting permet l’enregistrement et la lecture différée d’un programme et offre un accès direct à une séquence ou une émission. L’option Double Tuner est destinée à enregistrer un programme tout en en visualisant un autre. Par téléchargement, le parc des abonnés ou des abonnés ciblés peut recevoir des films, informations, clips audio/vidéo, pages HTML...

Par ailleurs, ce décodeur permet de surfer sur internet, à l’aide d’une télécommande intelligente ou d’un clavier sans fil. Grâce à une puissance de 225 Mips pour les applications, l’utilisateur bénéficie d’une interactivité accrue (jeux, consultation de banques de données, envoi d’e-mails…) et d’un confort d’utilisation proche d’un PC.

Décodeur DVB TPSTPS et CanalSatellite ont très vite adopté ce nouveau concept. Ainsi, en mai 2002, TPS lançait le Platinium, un terminal DVB-S possédant les fonctionnalités d’un magnétoscope numérique, conçu et développé avec Sagem. Cet appareil peut enregistrer trente heures de programmes en qualité numérique et ouvre la voie à des services interactifs enrichis. Grâce à la fonction Time Shifting, en appuyant sur la touche « pause » de la télécommande TPS, l’abonné peut interrompre une émission diffusée en direct pour la reprendre plus tard à l’endroit précis où il l’a laissée, revoir une scène qu’il a manquée et stocker ses enregistrements directement sur son disque dur. Sa location coûte 18 € par mois, contre 8 € pour le décodeur actuel. Il peut être mis à jour par satellite afin d’intégrer les évolutions éditoriales et technologiques du bouquet. TPS estime que, d’ici deux à trois ans, 5 % à 15 % de ses abonnés adopteront le Platinium.

Par ailleurs, CanalSatellite lance le Pilotime, appelé aussi G2, qui dispose d’un disque de 80 Go (soit quarante heures de vidéo qualité S-Vhs), deux tuners, deux lecteurs de cartes à puces (dont un bancaire). Il offre, lui aussi, la fameuse fonction Time Shifting. Doté d’une prise USB, d’une prise téléphone et d’un clavier infrarouge optionnel, le Pilotime devrait aussi s’ouvrir aux logiciels interactifs et à l’accès internet. Disponible en location pour environ 28 € + 115 € de dépôt de garantie, on peut lui adjoindre, en option, un clavier IR (infra rouge) à 50 €.


- Site officiel sur le DVB (Digital Video Broadcast)
- Site officiel sur le DVB-MHP (Digital Video Broadcast - Multimedia Home Platform)
- Décodeurs numériques SAGEM
- Décodeurs numériques NOKIA


Voir en ligne : Article de Antennes Magazine - Mars 2003-n°165


[1Digital Video Broadcasting - Multimedia Home Platform :
Spécification de l’architecture des futures générations de composants multimédia (e.g., décodeurs pour télévision numérique).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.