vlan.org

Webzine des anciens étudiants de l’IUT Serecom St-Raphaël

Accueil > Actu > Linux sur Xbox : Microsoft mis au pied du mur par un collectif (...)

Linux sur Xbox : Microsoft mis au pied du mur par un collectif australien

samedi 12 juillet 2003

Il serait désormais possible de démarrer la console de jeu Xbox de Microsoft sans aucune modification matérielle, uniquement par logiciel. Les hackers à l’origine de la découverte auraient pu garder le silence, mais Microsoft a fait la sourde oreille.

Le groupe d’informaticiens, qui menaçait Microsoft de publier la méthode pour faire fonctionner un système GNU/Linux sur la Xbox sans modification matérielle, n’a pas obtenu ce qu’il attendait de l’éditeur.

Baptisé Free-X, ce groupe de "hackers" a donc mis sa menace à exécution en publiant le 4 juillet la marche à suivre, présentée comme une faille de sécurité, dans une liste de diffusion spécialisée. Une date qui devient désormais, outre celle de la fête nationale américaine célébrant l’indépendance des États-Unis, « le jour de l’indépendance de la Xbox », s’amusent-ils à dire.

Ils avaient pourtant clairement prévenu Microsoft de leur intention et demandaient, en échange de leur silence, que l’éditeur mette à disposition du grand public, un logiciel de démarrage sous Linux « certifié ». Un programme qui aurait permis, aux utilisateurs d’une Xbox, de faire fonctionner "officiellement" le système d’exploitation libre et ouvert, tant décrié par Microsoft. Cette solution avait l’avantage d’éviter le pire : faire tourner Linux sans que l’on puisse lire sur la console des jeux piratés. Le "chantage affectif" du groupe basé en Australie n’a donc pas convaincu le géant de l’informatique.

De plus, la pratique découverte par Free-X semble bien plus facile à implémenter qu’il ne l’avait précédemment annoncé. En effet, il n’est pas nécessaire de souder certaines sections de la carte mère de la Xbox, contrairement à ce qu’avait initialement indiqué Free-X. Tout peut être réalisé de manière logicielle, assurent-ils désormais.

Les "hackers" : instrument pour augmenter les ventes de la Xbox

Reste à savoir pourquoi Microsoft ne s’est pas plus préoccupé de cette affaire ? « La protection de notre propriété intellectuelle (...) est pour nous une haute priorité et nous nous réservons donc le droit de poursuivre en justice n’importe qui facilitera le piratage de jeux vidéo », a bien rappelé un porte-parole de l’éditeur à notre rédaction de Sydney, qui avait été contactée fin juin par Free-X.

De son côté, le collectif assure, dans un communiqué, avoir contacté Thomas Kritsch, un responsable de Microsoft en Autriche, afin de le rencontrer pour lui faire une présentation de la découverte. La présentation était prévue pour le 20 juin, mais Microsoft l’a annulée le 19, indique Free-X. « Durant un entretien téléphonique, Kritsch a posé de nombreuses questions. Tout lui a été expliqué, y compris la date de publication de la méthode », assure Free-X.

Pourtant Microsoft a rompu tout contact et finalement laissé Free-X mettre sa menace à exécution. « Nous croyons que Microsoft voit les "hackers" comme le parfait instrument pour augmenter les ventes de la Xbox. Comment leur réaction pourrait-elle être interprétée autrement ? », concluent-ils.

Microsoft a de quoi préparer une parade technique

Microsoft aurait-il également rassemblé suffisamment d’informations pour préparer ses représailles ? Contacté par ZDNet Australia, un porte-parole de Microsoft a indiqué que l’éditeur « évaluait » en effet la possibilité de porter plainte contre Free-X, mais que rien n’était encore décidé.

Ce qui est certain, c’est qu’en approchant de cette façon Free-X, Microsoft a obtenu toutes les informations qu’il souhaitait pour contrer techniquement la méthode du groupe de "hackers".

Mais pour les agitateurs australiens, « le seul moyen pour Microsoft de protéger sa Xbox est désormais de réaliser un nouveau firmware [la première couche logicielle du système, Ndlr] ou de réviser son Xbox Dashboard [le processus d’initialisation de la machine lancé lorsqu’il n’y a aucun disque inséré dans son lecteur ; processus qui est au coeur de la faille découvert par Free-x, Ndlr] ».

Christophe Guillemin


Voir en ligne : Article de ZDNet - 11/07/2003

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.