vlan.org

Webzine des anciens étudiants de l’IUT Serecom St-Raphaël

Accueil > Actu > Le DivX est sous pression

Le DivX est sous pression

mercredi 2 juillet 2003

Le format de compression vidéo DivX est aujourd’hui tellement répandu qu’on en oublierait presque qu’il a des concurrents. Qui sont-ils ? Que valent-ils ? Comment les utiliser ? Portraits.

Près de 16 Mo par seconde, soit plus de 80 Go pour un film de cinéma long métrage ! A l’état brut, la vidéo numérique haute définition aime les très gros chiffres. Seul hic : ce n’est actuellement pas le cas des disques durs des PC et des supports d’enregistrement (CD, DVD), ni du débit des connexions Internet.

D’où la nécessité de compresser les données pour réduire leur volume à des proportions acceptables.

La concurrence s’organise

C’est pour cette raison que différentes techniques de compression, sans cesse plus performantes, ont été mises au point. A peu de choses près, elles correspondent, sur le PC, à autant de formats de fichiers différents. Aujourd’hui, le format de compression le plus répandu ­et le plus prisé par les amateurs de vidéo sur PC­ est sans conteste le DivX, inspiré de la norme. Mpeg4 .

Mais la concurrence s’organise. Si elle est globalement profitable à l’utilisateur, cette prolifération des formats de compression présente un petit inconvénient pratique : pour lire ou créer un fichier vidéo, vous devez disposer du codec correspondant au format utilisé. Certains sont fournis avec les logiciels de lecture ou de montage vidéo, d’autres doivent être téléchargés séparément (c’est d’ailleurs le cas du codec DivX, à télécharger sur www.divx.com).

En outre, si l’encodage est relativement simple avec les formats les plus répandus, pour lesquels des logiciels spécifiques ont été développés, l’opération exige de solides compétences techniques si vous désirez exploiter des formats moins courants.

Les avantages ou les inconvénients de tel ou tel format ne s’apprécient donc pas seulement au vu de ses caractéristiques techniques. Il faut aussi tenir compte de sa simplicité de mise en oeuvre, surtout si vous souhaitez l’utiliser pour produire vous-même des vidéos.

XviD et OGM : libres de droits

Logo XviD Parallèlement aux formats vidéo promus et diffusés par les grands éditeurs, il existe des formats dont pourrait émerger un futur standard. Ainsi, le format XviD (inversion du terme DivX) est une variante du DivX, développée par un groupe d’indépendants et distribuée en tant que logiciel « libre » .

Les composants nécessaires pour le décodage ou l’encodage sont gratuits, et peuvent être librement modifiés ou adaptés (principe de l’OpenSource). Cela ne manque pas de séduire certains éditeurs de logiciels, peu soucieux de se trouver liés par des accords commerciaux contraignants. Autre format bénéficiant d’une certaine notoriété, l’OGM. 

Il se distingue par l’utilisation d’un format audio très performant (codage Vogg-Orbis, au lieu du format MP3 présent dans le DivX original), la partie vidéo restant encodée en DivX ou en XviD.

Attention ! Si ces formats se lisent très facilement ­ il suffit de télécharger le codec­, l’encodage reste une affaire de spécialiste. Il faut télécharger tous les composants d’encodage sur plusieurs sites, et se plonger dans la technique pour les mettre en oeuvre.

- www.xvid.org (code source XviD)

- http://roeder.goe.net/ koepi/xvid.shtml (codecs XviD)

- www.divxfr.com (Tutoriel pour réaliser une video au format XviD/Ogg)

Windows Media Video 9 : fondu dans Windows

Logo Windows Media 9 Grâce à son codec fourni en standard avec le lecteur multimédia de Windows, le format Windows Media Video (qui porte l’extension WMV) s’utilise sans contrainte préalable. Les vidéos WMV se lisent sur la plupart des PC, sans qu’il soit nécessaire de télécharger un composant additionnel. Assurez-vous simplement que vous disposez bien de la dernière mouture du Lecteur Windows Media (version 9).

Quant à l’encodeur, le logiciel qui permet de produire des films à ce format, il est disponible gratuitement sur le site de Microsoft. Vous pouvez aussi utiliser le logiciel de montage Windows Movie Maker inclus dans Windows XP. Côté technique, la dernière version du format WMV (la 9 e ), affiche des caractéristiques très intéressantes. Elle permet de produire des vidéos en basse définition très compactes et de qualité acceptable, adaptée à une diffusion via Internet. Les films en haute définition présentent un encombrement réduit par rapport au format Mpeg4 (à qualité égale).

Microsoft a d’ailleurs signé des accords pour la diffusion de films en numérique dans des salles de cinéma américaines. Performant et bénéficiant de la puissance commerciale de Microsoft, le WMV ne détrônera pas forcément le DivX. Son équivalent audio (Windows Media Audio ou WMA) n’a pas encore rattrapé son concurrent direct, le MP3.

www.microsoft.com/windows/windowsmedia

RealVideo 9 : spécialiste du streaming

Logo RealVideo Conçu par RealNetworks, le format RealVideo s’est largement imposé dans le domaine du streaming . De très nombreux sites Web ont choisi ce format pour la présentation en ligne de clips vidéo, d’émissions de télévision ou de bandes-annonces de films de cinéma. Techniquement, la dernière mouture RealVideo 9 (ou RV9) se révèle séduisante, avec des taux de compression très élevés et une excellente qualité d’image.

En contrepartie, l’encodage des vidéos est très long, même avec un ordinateur puissant. Mais c’est surtout sur le plan commercial que ce format souffre de quelques faiblesses. Ainsi, si le lecteur RealOne Player, indispensable pour lire les fichiers RealVideo est gratuit, les propositions régulières de mise à jour vers l’édition payante, plus complète, finissent par lasser beaucoup d’utilisateurs.

En outre, le fait que le logiciel d’encodage soit payant constitue un obstacle certain à l’utilisation dans un cadre privé. Le format RV9 ne se place donc pas en concurrent sérieux des formats DivX et WMV dans le domaine de la vidéo personnelle ou de la diffusion de films sur CD ou DVD.

En revanche, ses qualités techniques et sa large implantation sur le Web lui garantissent un bel avenir pour la diffusion en streaming.

http://france.real.com

QuickTime 6 : la 3D en plus

Logo Quicktime Le lecteur multimédia QuickTime d’Apple, fourni avec le système d’exploitation MacOS, est l’équivalent sur Macintosh du Lecteur Windows Media sur PC. Cela confère au format vidéo associé une solide base d’utilisateurs, ainsi qu’une assez large diffusion sur Mac. Comme le format RealVideo, QuickTime 6 s’utilise surtout en streaming, avec un lecteur téléchargeable gratuitement et un encodeur payant (QuickTime Pro).

Au chapitre des avantages, on note l’excellente intégration au navigateur Internet (les vidéos QuickTime sont jouées dans la fenêtre du navigateur) et les caractéristiques techniques proches des spécifications du Mpeg4. En plus de ses capacités vidéo, le lecteur QuickTime offre la possibilité de regarder des scènes en 3D (format QuickTime VR), dans une sorte de film interactif.

Finalement, n’hésitez pas à le télécharger ! Si vous êtes amateur de vidéo sur Internet, vous tomberez forcément sur des films au format QuickTime (fichiers d’extension QT ou MOV)

www.apple.com/fr/quicktime

Thierry Gérard


Voir en ligne : Article de 01Net - 02/07/2003

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.