vlan.org

Webzine des anciens étudiants de l’IUT Serecom St-Raphaël

Accueil > Actu > Le créateur de Kazaa Lite jette l’éponge

Le créateur de Kazaa Lite jette l’éponge

lundi 8 décembre 2003

Le site officiel de Kazaa Lite ne permet plus le téléchargement du célèbre logiciel d’échange de fichiers. Une conséquence des pressions de Sharman Networks, l’éditeur de Kazaa.

Depuis son lancement en avril 2002, c’était incontestablement l’un des logiciels les plus téléchargés au monde, y compris sur notre site télécharger.com avec plus de 160 000 téléchargements par semaine...

Kazaa Lite K++ est désormais inaccessible. Depuis ce matin, un message laconique barre la page d’accueil du site de l’éditeur : « Comme vous pouvez le noter, K Lite K++ n’est plus disponible sur ce site » , explique sobrement Shaun Garriock, le programmeur russe à l’origine du célèbre logiciel d’échange de fichiers.

« Je vous invite à vous tourner vers les programmes alternatifs que vous pouvez trouver sur Internet. Si vous tenez à obtenir K Lite K++, il y a encore de multiples endroits sur le web où vous pouvez le trouvez. Souvenez-vous que ce programme est gratuit. Ne payez jamais pour ce logiciel ni pour aucun programme de partage de fichiers » , conclut l’auteur.

Le logiciel reste accessible sur une foule de sites miroirs

Une pique à peine voilée qui semble directement adressée à Sharman Networks... Les pressions exercées depuis de longs mois par l’éditeur de la version officielle de Kazaa expliqueraient le retrait soudain de son concurrent.

En septembre dernier, Sharman Networks avait d’ailleurs déjà obtenu que Google retire les liens vers le site de Kazaa Lite, avant d’adresser des mises en demeure à des moteurs de recherche et à des hébergeurs aux Etats-Unis, en Europe et en Australie.

L’éditeur de Kazaa tient donc une nouvelle victoire, définitive cette fois. Seul grain de sable : si Kazaa Lite est peu à peu retiré de nombreux sites de téléchargement, il reste accessible sur une foule de sites miroirs et de pages indépendantes à travers le monde.

Et K Lite K++ ne s’en va pas sans un ultime pied de nez. Une petite phrase glissée à l’intérieur du code source de la page d’accueil de Kazaa Lite ironise sur les défauts de son aîné : « Kazaa Lite est l’un des meilleurs outils de partage de fichiers disponibles. C’est une version gratuite et propre de Kazaa Media Desktop, sans aucun spyware ni adware. » Sharman Networks appréciera...

Didier Forray


Voir en ligne : Article de 01Net - 08/12/2003

Messages

  • La société australienne, propriétaire de Kazaa, a fait pression sur les hébergeurs des sites à partir desquels la version pirate de Kazaa pouvait être téléchargée. Résultat : la plupart de ces sites ont disparu.

    Sharman Networks a eu raison de la résistance : le propriétaire du système d’échange de fichiers Kazaa a fait fermer les sites qui hébergeaient Kazaa Lite K++. Il s’agit d’une version pirate débarrassée des logiciels espions utilisés par Sharman pour y insérer des publicités.

    La société a fait pression sur les différents hébergeurs de ces sites dans le monde, en les menaçant de les poursuivre pour violation du copyright. Les menaces ont fait mouche : la plupart des liens hypertextes, qui renvoyaient sur des sites miroirs à partir desquels Kazaa Lite était téléchargé, ont disparu.

    Sharman n’en est pas à sa première tentative. Le moteur de recherche Google a été dans sa ligne de mire, il y a quelques mois. Lequel, pour échapper à un procès, a accepté de retirer de ses bases de données les liens menant vers le logiciel incriminé. Le propriétaire de Kazaa avait brandi le Digital Millenium Copyright Act (DMCA), la loi américaine sur le copyright.

    Il combat également les pirates de son logiciel sur le plan technique. Comme l’explique la lettre d’information musicale Grandlink Music News, il est parvenu à rendre Kazaa Lite quasi inopérant. Ses techniciens sont intervenus subtilement au niveau des "supernodes", les ordinateurs qui font office de nœuds du réseau en relayant les requêtes des autres utilisateurs.
    Résultat, ils n’autorisent plus les utilisateurs de Kazaa Lite à accéder aux fonctions de partage de fichiers. Si bien qu’une grande partie des adeptes de ce système se retrouve à la porte. Certainement pas pour très longtemps, puisqu’ils ne tarderont pas à trouver des alternatives : soit accepter d’installer la véritable version de Kazaa avec tous les "spyware" inclus, soit se tourner vers la concurrence, logiciels "officiels" ou pirates.

    Estelle Dumout

    Voir en ligne : Article de ZDNet - 09/12/2003

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.