vlan.org

Webzine des anciens étudiants de l’IUT Serecom St-Raphaël

Accueil > Actu > Jeux vidéo : aides à la création et exonérations fiscales pour les studios (...)

Jeux vidéo : aides à la création et exonérations fiscales pour les studios français

mercredi 23 avril 2003

Quatre millions d’euros seront spécifiquement alloués en 2003 pour financer 20 préproductions de jeux vidéo. Les sociétés du secteur pourront aussi bénéficier des exonérations fiscales prévues dans le Plan d’aide à l’innovation.

Profitant de l’inauguration de la nouvelle "Cité du Numérique" au Futuroscope de Poitiers, le 19 avril, Jean-Pierre Raffarin a réitéré son soutien à l’industrie du jeu vidéo. Il avait déjà annoncé en novembre dernier le déblocage d’une aide d’urgence d’un million d’euros pour ce secteur, en portant à l’époque à 6 millions le budget pour 2003 du Fonds d’aide à l’édition multimédia (FAEM).

Sur cette somme, 4 millions seront directement réservés à la création de jeux, a précisé le Premier ministre. Cela permettra au FAEM de financer 20 préproductions à hauteur de 200000 euros chacune, pour « aider les industriels à prendre le risque de la création et de l’innovation. » Ce soutien fonctionnera sur le même principe que les aides pour le cinéma (à travers l’avance sur recettes), c’est-à-dire « sous la forme d’une avance remboursable en cas de succès du projet ». Le gouvernement valide ainsi les propositions qui lui ont été soumises fin mars par l’Association des producteurs d’oeuvres multimédia (Apom).

Le Premier ministre a également souligné que les studios de développement de jeu vidéo pourront être « éligibles au Plan innovation », élaboré par Claudie Haigneré, ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles Technologies et par sa collègue de l’Industrie, Nicole Fontaine. Ils bénéficieraient ainsi des exonérations fiscales prévues en faveur des jeunes entreprises innovantes. Le critère déterminant pour être retenu est de consacrer au moins 15% de ses dépenses à la recherche, a rappelé Jean-Pierre Raffarin. « Or, les dépenses de développement dans le domaine logiciel (...) représentent en moyenne (...) 24% des charges des studios de création de jeu vidéo. »

Une école européenne du jeu vidéo

Le gouvernement demande, par ailleurs, à l’Agence nationale pour la valorisation et l’aide à la recherche (Anvar) et au Réseau pour l’innovation dans l’audiovisuel et le multimédia (Riam) de se montrer particulièrement attentifs au secteur du jeu vidéo lors de la sélection de projets à aider financièrement.

Dernière réponse favorable aux revendications de l’Apom, Jean-Pierre Raffarin entend initier, d’ici l’été, une mission de réflexion sur la mise en place d’une école européenne du jeu vidéo. Selon lui, ce futur « pôle d’excellence européen » pourrait se développer en associant les expériences de la région Poitou-Charente et de la ville de Valenciennes, qui ont toutes deux développé des formations « de haut niveau » dans ce domaine.

Estelle Dumout


Voir en ligne : Article de ZDNet - 22/04/2003

Messages

  • Jean-Pierre Raffarin vient de dévoiler un plan national de soutien à l’industrie française du jeu vidéo. Comportant dix mesures, ce plan prévoit notamment l’éligibilité des studios de développement au "Plan Innovation" des ministères de l’Industrie et de la Recherche avec, à la clé, la possibilité d’obtenir des exonérations fiscales. Le plan du Premier ministre devrait aussi permettre aux industriels du jeu vidéo d’accéder aux aides de l’Agence Nationale pour la Valorisation et l’Aide à la Recherche (Anvar) dont les procédures seront dans le même temps adaptées. Le gouverment a en outre présenté une enveloppe de 200 000 € pour soutenir vingt pré-productions et porté à 4 M€, pour 2003, la part de la dotation du fonds d’aide à l’édition multimédia consacrée au jeu vidéo.

    Des fonds d’investissement de proximité, destinés au jeu vidéo, dans les régions Poitou-Charentes, Nord-Pas-de-Calais et Rhône-Alpes devraient aussi faire leur apparition.

    Outre ce dispositif financier, le gouvernement a annoncé la création d’une école nationale des médias interactifs que devrait accueillir Angoulême.
    L’Association des producteurs d’œuvres multimédia (Apom) s’est déclarée satisfaite. Il est vrai que le secteur a connu une véritable hécatombe depuis la fin 2001 avec le dépôt de bilan de 14 éditeurs hexagonaux de jeux vidéo dont Kalisto et Cryo.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.