vlan.org

Webzine des anciens étudiants de l’IUT Serecom St-Raphaël

Accueil > Actu > Haut-débit à haute-altitude ?

Haut-débit à haute-altitude ?

mardi 11 février 2003

Depuis quelques semaines, British Airways et Lufthansa proposent à certains de leurs passagers un accès à Internet haut débit, à bord de leurs avions. Ce service développé par une filiale de Boeing pourrait se généraliser dans les prochaines années.

Rester connecté à Internet en plein ciel. C’est l’ambitieux projet de Connexion. Cette filiale de Boeing propose aux compagnies aériennes de relier au Net leurs flottes d’appareils long-courriers.

Japan Airlines (JAL) et le scandinave SAS ont déjà pris la décision d’installer le service de Connexion sur leur flotte de long-courriers à partir du début de l’année prochaine. Tandis que Lufthansa et British Airways préfèrent encore tester le service sur quelques vols commerciaux, pendant une durée de trois mois, avant de le proposer définitivement à leurs passagers.

« Notre service est l’équivalent d’une connexion à Internet haute vitesse, comme l’ADSL ou le câble. Pour cela, on installe sur chaque avion, Boeing ou Airbus (A340), deux antennes satellites qui assurent la connexion permanente à Internet, à l’instar des services d’Iridium ou de Globalstar », souligne Scott Carson, le président de Connexion.

Un service encore en rodage

Dans le Boeing 737 dans lequel nous avons essayé la semaine dernière le service de Connexion, la liaison Internet manquait encore de stabilité, se coupant par intermittence.

Le débit asymétrique était de 128 Kbit/s en liaison montante et de 5 Mbit/s pour la liaison descendante. Mais, dans la version finale, Boeing promet des liaisons de 1 Mbit/s et 20 Mbit/s.

En pratique, chaque passager relie son portable au serveur de l’avion par une connexion sans fil (Wi-Fi) ou bien par la prise ethernet installée sur le bord des sièges. Il ne manque vraiment plus qu’une prise électrique dont l’installation reste à la discrétion de la compagnie aérienne.

Et les interférences ? Boeing a certifié les radios Wi-Fi auprès des autorités aériennes américaine (FAA), britannique (CAA) et allemande (LBA). A défaut de cette autorisation, les passagers pourront quand même se connecter via la prise Ethernet de leur portable.

25 à 35 dollars par passager

Scott Carson« Le service coûtera entre 25 et 35 dollars par passager et par vol. L’utilisateur pourra soit acheter un abonnement au service, soit payer à chaque vol en utilisant sa carte de crédit », annonce Scott Carson. Connexion reversera alors un pourcentage de cette somme à la compagnie aérienne. « Pour celle-ci, le retour sur investissement est de deux ans. Sachant que le coût pour ajouter l’accès à Internet est plus faible que s’il s’agissait d’un système multimédia embarqué. »

En 2004, Boeing prévoit d’équiper 150 appareils et estime à 4 000 le nombre d’avions qui seront reliés à son service Internet en 10 ans. « Environ 20 % des passagers d’un avion équipé de Connexion devraient utiliser le service. A ce rythme, on attendra l’équilibre d’ici à trois ans », estime le président de Connexion.

Boeing n’est pas le seul à avoir pensé à équiper les avions d’une connexion Internet. Tenzing, une société qui compte Airbus parmi ses investisseurs, propose déjà son service de courrier électronique sur 40 appareils de la flotte de Cathay Pacifique.

Jean-Baptiste Su


Voir en ligne : Article de 01Net - 10/02/2003

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.